You are currently viewing Quels sont les pays anglophones d’Afrique de l’Ouest ?

Quels sont les pays anglophones d’Afrique de l’Ouest ?

  • Post author:

Du fait de leur passé colonialiste, et malgré leur indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni ou des États-Unis proclamée entre 1847 et 1965 selon les états, cinq pays d’Afrique de l’Ouest utilisent l’anglais en tant que langue officielle : la Gambie, le Ghana, le Liberia, le Nigeria et la Sierra Leone. Au travers de cet article, nous allons vous faire découvrir ces cinq pays, du point de vue historique, géographique et éducatif.

Histoire, géographie et système éducatif en Gambie

En 1723, des terres sont acquises en Gambie par le Royaume-Uni et les premiers colons britanniques s’y installent en 1758. Toutefois, la France cherche également à s’approprier le territoire. Le traité de Versailles de 1783 met fin à cette querelle en attribuant la Gambie au Royaume-Uni. Après l’abolition de l’esclavage par les Britanniques en 1833, la Gambie obtient son indépendance en 1965, tout en intégrant le Commonwealth. L’anglais devient la langue officielle de la Gambie dans le même temps. Le pays quittera le Commonwealth en octobre 2013, avant d’en faire de nouveau partie en février 2018.

La Gambie est le plus petit pays de l’Afrique continentale, avec une superficie de près de 11 300 km2. Sa population est estimée à plus de deux millions d’habitants selon les données de 2020, avec une croissance démographique d’environ 2 % et un taux d’urbanisation de près de 60 %.

Le système éducatif en Gambie est longtemps victime des coûts dus aux frais de scolarité. C’est pourquoi le taux net de scolarisation primaire, c’est-à-dire le rapport entre la population scolarisée et la population scolarisable en tenant compte de l’âge officiel auquel il est possible d’intégrer l’école, est de seulement 64,7 % en 1995. Heureusement, ce taux progresse depuis 1998, année durant laquelle l’école primaire est rendue gratuite et obligatoire par le président Jammeh.

Le Ghana, pays anglophone d’Afrique de l’Ouest

D’abord sous l’emprise des Portugais, les Hollandais mettent la main sur le Ghana en 1637, avant de céder le territoire aux Anglais vers 1870. L’indépendance du pays est proclamée le 6 mars 1957 sous l’influence de Kwame Nkrumah, mais demeure au sein du Commonwealth, procurant au Ghana l’anglais comme langue officielle.

La population du Ghana est composée de presque 30 millions d’individus, dont plus de la moitié vit en ville. La superficie du territoire s’élève à 238 533 km2. Sa croissance démographique est élevée, à plus de 2,1 %. L’âge moyen du pays est de 21 ans, ce qui rend son système éducatif crucial.

Justement, l’école y est obligatoire et gratuite pour les enfants de 4 à 15 ans. Dispensée en langue anglaise, l’éducation au Ghana se déroule en trois périodes : maternelle, durant 2 ans, primaire, durant 6 ans, puis un équivalent du collège baptisé « Junior High School » durant 3 ans. Ensuite, chacun est libre de continuer en intégrant les cycles secondaire puis tertiaire, composés respectivement d’établissements généraux, professionnels et techniques ou privés, puis d’universités et de Polytechnique.

Le Liberia, pays africain bordé par l’océan Atlantique

Le pays est fondé en 1822 par l’American Colonization Society, d’où l’utilisation officielle de la langue anglaise sur son territoire. Malgré son indépendance en 1847, le pouvoir reste confié à des Américains durant un siècle, ce qui explique que la langue officielle du Liberia n’a jamais été remise en cause. Toutefois, l’anglais n’est parlé que par une minorité de la population, soit environ 15 % ; une trentaine de dialectes sont en effet répertoriés dans le pays.

Comptant plus de 5 millions d’habitants en 2020, le Liberia est un pays dont la population est très jeune, 17,8 ans en moyenne, accusant une espérance de vie faible qui s’établit à moins de 64 ans. La superficie du pays s’étale sur plus de 111 000 km2, ce qui lui procure une densité de population d’environ 45 hab/km2.

Pendant longtemps, le Liberia a souffert d’un très faible taux de scolarisation, notamment dans le secondaire, à cause des frais occasionnés. Heureusement, dès 2006, les droits à payer sont supprimés par la présidente Johnson Sirleaf, entraînant un rebond très net des inscriptions à l’école, notamment des filles.

Première femme élue au suffrage universel en tant que présidente d’un état africain, en 2005, la présidente Johnson Sirleaf a bénéficié de l’émancipation des femmes, qui ont contribué à mettre fin à la deuxième guerre civile du pays. Leur stratégie fut d’organiser des manifestations de non-violence et d’exercer des pressions sur les guerriers, notamment en instaurant une grève du sexe. Depuis la paix et le développement de l’éducation, les femmes se sont fortement imposées au Libéria, obtenant d’excellents taux de réussite, tant dans leurs études qu’en termes d’entreprenariat.

Depuis 2017, c’est l’ancien footballeur international George Weah qui dirige le Libéria. Il avait remporté le Ballon d’or en 1995, devenant le premier non-Européen et le seul Africain à être ainsi distingué. Il a joué pour des clubs renommés tels que l’AS Monaco, le Paris Saint-Germain et l’AC Milan. Son fils Timothy Weah, né en 2000, joue actuellement au sein du LOSC Lille, en Ligue 1 de football professionnel français.

Le Nigeria : pays le plus peuplé d’Afrique

Après avoir été occupé largement par les Anglais pendant plusieurs siècles, pour le commerce d’esclaves puis de matières premières, le Nigeria devient une colonie britannique en 1914. Ce n’est qu’en 1960 que le pays obtient son indépendance, mais l’anglais demeure la langue officielle du Nigeria, lequel continue à faire partie du Commonwealth.

Pays le plus peuplé d’Afrique, dont c’est également la deuxième puissance économique, le Nigeria s’étend sur une superficie de près de 925 000 km2 et accueille 219 millions d’habitants. Sa population est jeune avec un âge médian de 18,3 ans ; elle résulte d’une espérance de vie très faible à moins de 60 ans et un indice de fécondité élevé de plus de 5 enfants par femme.

Le nombre important d’enfants que cela représente tranche nettement avec le système éducatif qui, après une forte dégradation entre la fin du xxe siècle et le début du xxie siècle, peine à revenir à son niveau de 1991. En effet, le taux d’alphabétisation du Nigeria est passé de 72 % en 1991 à 57 % en 2005, avant de remonter à 75 % en 2020. Ce chiffre prend en compte la population de 15 à 24 ans uniquement.

Cette forte culture actuelle se ressent notamment au niveau de la musique nigérienne, notamment du genre afrobeat. Certains chanteurs se sont fait connaître à l’international, à l’instar de :

  • Mr Eazi ;
  • Yemi Alade, lauréate des MTW Awards de la musique africaine en 2015 et 2016 ;
  • P-Square, récompensé par les Nigerian Music Awards en 2006, les MTV Awards de la musique africaine en 2008 et 2009… ;
  • Burna Boy ;
  • Davido ;
  • Wizkid, récipiendaire de deux BET Awards, d’un MTV Europe Music Award et quatre MTW Awards de la musique africaine, entre autres.

La Sierra Leone est l’un des pays les plus pauvres du monde

Dès 1887, les Britanniques installent des esclaves affranchis sur les terres sierra-léonaises. L’anglais s’y impose petit à petit et en devient la langue officielle de la Sierra Leone, malgré l’indépendance obtenue en avril 1961. Toutefois, seulement 15 % de la population le parle, contre 90 % pour le Krio, un créole basé sur l’anglais.

La Sierra Leone est un petit pays de moins de 72 000 km2 habité par une population jeune de presque 7 millions de personnes, dont 42 % a moins de 14 ans. Ce constat est dû à la combinaison entre une faible espérance de vie, 59 ans en moyenne, et d’un fort taux de fécondité de 4,7 enfants par femme.

La jeunesse des habitants du pays ne doit pas occulter le fait que ce pays connaît l’un des niveaux d’éducation les plus bas du monde. Le peu d’écoles qui s’y trouvent sont surchargées, notamment en milieu rural. Le taux d’alphabétisation de la Sierra Leone se situe en-deçà de 70 % chez les moins de 24 ans. Pire, il dépasse à peine les 43 % dans la population de 24 ans et plus.

Ces cinq pays anglophones d’Afrique de l’Ouest complètent ainsi la liste des pays dont la langue officielle est l’anglais. Celle-ci n’est donc pas l’apanage des grandes nations telles que les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni ou l’Australie. Ces pays africains jouissent d’une forte diversité linguistique grâce à leurs nombreux dialectes, propres aux tribus locales, mais bénéficient toutefois d’un socle de compréhension commune grâce à l’anglais.